Les étapes du nettoyage et de la désinfection des réservoirs d’eau potable

Vous souhaitez réaliser le nettoyage et la désinfection de vos ouvrages de stockage d’eau potable, mais vous ne savez pas exactement comment procéder ? Dans cet article nous vous expliquons pas à pas comment vous y prendre.

Déroulement du nettoyage et de la désinfection d’un réservoir

1. Opérations préliminaires (dont la vidange et l’isolement du réservoir)

Première étape nettoyage réservoir

Dans le but d’immobiliser le réservoir le moins longtemps possible, il est important de préparer en amont cette intervention. Avant de commencer l’opération de nettoyage et de désinfection, il faut s’assurer de la mise en place de différentes mesures :

  • Information des usagers :

> Il faut prévenir la commune ou collectivité compétente, le maître d’ouvrage et éventuellement certains usagers sensibles comme les industriels et établissements de santé.

  • Maintien de la distribution

> Maintenir autant que possible la distribution d’eau aux usagers habituellement desservis par le réservoir.

  • Vidange du réservoir :

> Réaliser la vidange totale du réservoir selon les procédures établies par l’exploitant

  • Information et préparation du personnel :

> Informer le personnel sur les précautions qui doivent être prises pour la manipulation et la mise en œuvre de solutions fortement acides ou basiques

> Installer impérativement des bacs pédiluves contenant une solution désinfectante à l’entrée de l’ouvrage.

  • Préparation de l’ouvrage :

> Prévoir ou aménager une prise de lavage, prévoir une aération suffisante, prévoir un éclairage adapté

> Condamner l’ensemble des accès aux ouvrages en dehors des heures de travail.

2. Inspection et diagnostic

Cette étape a pour but de vérifier l’état des structures de l’ouvrage, la présence de dépôts, l’état des équipements immergés (crépines) et du revêtement d’étanchéité. En cas d’anomalie constatée, il est nécessaire de le signaler au maître d’ouvrage avant de démarrer les opérations et d’établir un constat. La fréquence de nettoyage de l’ouvrage étant annuelle, il est important d’établir un état des lieux suffisamment précis pour permettre au maître d’ouvrage de programmer, le cas échéant, les travaux de réfections/réhabilitations nécessaires en amont de l’arrêt technique de l’année suivante (dans la mesure où les anomalies observées le nécessitent et/ou le permettent). Le diagnostic sera accompagné de photographies illustrant les anomalies, leur localisation ainsi que leur évolution par rapport au précédent contrôle.

Deuxième étape nettoyage réservoir

3. Nettoyage chimique et/ou mécanique

Troisième étape nettoyage réservoir

Le type de nettoyage est défini selon la présence ou l’absence de dépôts minéraux visibles.

  • Si le diagnostic conclut à l’absence de dépôts minéraux visibles, d’algues et/ou de biofilm important :

Dans ce cas de figure, il est possible de procéder uniquement à un rinçage abondant, suivi d’une désinfection.

  • Si le diagnostic conclut à la présence de dépôts minéraux visibles, d’algues et/ou de biofilm :

Il est nécessaire de procéder au nettoyage du réservoir, suivi d’un rinçage puis d’une désinfection.

Le nettoyage peut être mécanique et/ou chimique :

> Nettoyage mécanique : par brossage, raclage, au balai ou au jet d’eau sous pression. Ce procédé est long et parfois inadapté aux besoins et impératifs de la distribution d’eau. En cas de dépôts minéraux et organiques importants, notamment de calcaire, d’oxydes de fer et/ ou de manganèse, il est nécessaire d’utiliser des produits chimiques réducteurs et acides permettant l’élimination de ces composés.

> Nettoyage chimique : par mise en œuvre de produits chimiques qui doivent être conformes à la réglementation en vigueur. Le nettoyage chimique a pour but d’éliminer les dépôts minéraux et organiques, notamment les oxydes de fer, de manganèse, et de carbonate. Avant d’utiliser ces produits, il faut s’assurer que le revêtement du réservoir est compatible avec les produits choisis. Il est aussi particulièrement important de bien respecter les prescriptions, modes opératoires (concentrations, temps de contact) et fiches de données de sécurité des fabricants de ces produits.

Notre nettoyant : Herli Rapid TW + additif FCM 1 et 3

4. Rinçage abondant et neutralisation des eaux de rinçage (contrôle pH)

L’opération de rinçage comporte les étapes suivantes :

  • Rinçage abondant des surfaces traitées à l’eau sous pression (< 10 bars). L’utilisation de la haute pression pour le rinçage (HP > 60 bars) est fortement déconseillée afin d’éviter toute dégradation significative du revêtement d’étanchéité.
  • En cas de nettoyage chimique, contrôle du pH des eaux de rinçage. Il doit être compris entre 5,5 et 9,5 et ne pas porter atteinte au milieu récepteur qu’il s’agisse du milieu naturel ou du réseau d’assainissement. Dans le cas contraire, la neutralisation des eaux de rinçage avant rejet est nécessaire. La valeur du pH doit être recontrôlée.

Après les opérations de nettoyage et de rinçage, il est nécessaire de bien s’assurer de la propreté du radier

Notre neutralisant : Herli NTR

Quatrième étape nettoyage réservoir

5. Désinfection du réservoir

Cinquième étape nettoyage réservoir

Utilisation de produits biocides chlorés

Si l’on emploie des produits chlorés après un nettoyage chimique, il est nécessaire de s’assurer, par un contrôle approprié, de l’absence de résiduel de produits de nettoyage avant de procéder à l’étape de désinfection. En cas de présence de résiduel, il est impératif de répéter l’opération de rinçage.

  • Désinfection des parois, du radier et de tout accessoire situé dans le réservoir en contact avec l’eau

Si une solution d’hypochlorite de sodium est utilisée, la concentration en chlore de la solution pulvérisée sur les parois, le radier et tout accessoire situé dans le réservoir en contact avec l’eau, doit être voisine de 10 mg/l. Après application sur les parois de la solution d’hypochlorite, le réservoir doit être partiellement rempli de sorte à immerger totalement le radier avec de l’eau chlorée à 10 mg/l pendant un temps de contact minimum de 24h.

  • Remplissage du réservoir

Sans vidange du volume d’eau très chlorée présent dans la radier, le réservoir est ensuite partiellement rempli avec de l’eau potable (sur une hauteur d’1m au minimum), de façon à ce que la concentration en chlore de cette eau ne dépasse pas de plus de 0,5 mg/l la concentration en chlore de l’eau de remplissage. Il convient de veiller à ce que la concentration en chlore libre soit inférieure à 0,5 mg/l afin que les résultats d’analyses soient concluants (analyses bactériologiques notamment).

Utilisation de produits biocides non chlorés (à base de peroxyde d’hydrogène)

Pour ces produits, il est nécessaire de bien respecter les prescriptions du fournisseur. De manière générale, ces produits sont principalement utilisés par pulvérisation en solution diluée prête à l’emploi (dilution de 1 à 3%).

  1. Appliquer sur les parois, le radier et tout accessoire situé dans le réservoir, la solution désinfectante.
  2. Laisser la solution désinfectante agir pendant le temps de contact préconisé par le fournisseur.
  3. Rincer les surfaces désinfectées à l’eau sous pression.
  4. Vérifier le résiduel de désinfectant sur les parois et le radier à l’aide de bandelettes test. La concentration maximale résiduelle de peroxyde d’hydrogène doit être inférieure à 1 mg/l.
  5. Vidanger les eaux de rinçage, le cas échéant les neutraliser, selon les prescriptions du fournisseur, avant évacuation vers le milieu récepteur.
  6. Fermer la vidange.
  7. Remettre en eau partiellement le réservoir avec de l’eau potable (sur une hauteur d’1m au minimum)
  8. Contrôler la qualité de l’eau

Nos désinfectants : la gamme Tevan Panox

6. Rinçage final et rinçage du volume du radier

  • Rinçage abondant des surfaces traitées à l’eau sous pression (< 10 bars). L’utilisation de la haute pression pour le rinçage (HP > 60 bars) est fortement déconseillée afin d’éviter toute dégradation significative du revêtement d’étanchéité.

Après les opérations de désinfection et de rinçage, il est nécessaire de bien s’assurer de la propreté du radier

Sixième étape nettoyage réservoir

7. Contrôle de la qualité de l’eau ATP

Septième étape nettoyage réservoir

Après tranquillisation de l’eau pendant 6h au minimum, des prélèvements d’échantillons destinés à l’analyse sont effectués en un ou plusieurs points. Ils doivent être effectués, au plus tard, dans les 24h suivant la fin des opérations de nettoyage et de désinfection. Ces prélèvements doivent permettre une bonne représentativité de la mesure. Dans les grands réservoirs (réservoirs avec plusieurs cuves par exemple), les prélèvements sont effectués en plusieurs endroits quand les conditions d’accès le permettent.

Dans ce dernier cas, les conditions de prélèvements ne doivent pas induire des risques de contamination des échantillons. En cas de dépassements des critères d’acceptabilité, il convient d’alerter rapidement l’exploitant de l’installation, l’ARS et/ou le préfet. Les résultats des analyses doivent être transmis à l’exploitant de l’installation. L’ARS et/ou le préfet sont tenus informés des opérations de nettoyage et de désinfection.

Notre matériel d’ATPmétrie : Luminomètre Kikkoman

8. Remise en service

Une fois le rinçage final et les différentes opérations de contrôle réalisés avec des résultats conformes. La remise en service du réservoir peut être enclenchée.

Dernière étape nettoyage réservoir